You are here: Home GREGORIAN Retorica Biblica e Semitica

GBPress.net Gregorian & Biblical Press

Retorica Biblica e Semitica

Le fait synoptique reconsidéré

E-mail Stampa PDF

Meynet Roland

“Retorica Biblica e Semitica” 7

2015, pp. 384 978-88-7839-316-5    

€35.00
Acquista


 

On ne peut plus se contenter de comparer les textes synoptiques verset par verset, ou syntagme par syntagme. Il est plus important de mettre en parallèle la composition de chaque passage (ou péricope) puis des unités de niveaux supérieurs auxquelles ils appartiennent.

Dans le premier chapitre les trois versions synoptiques de « La guérison (d’un aveugle ou de deux) à Jéricho » et celles de « L’appel du riche » sont analysées selon les procédures de l’analyse rhétorique biblique ; ensuite la comparaison synoptique met en regard non seulement chaque détail, mais aussi et surtout leurs compositions respectives.

Dans le second chapitre, « Le passage dans le contexte immédiat », ces deux passages sont situés dans la « sous-séquence » où ils sont intégrés, donnant lieu de nouveau, à ce niveau supérieur, à la comparaison de l’architecture des sous-séquences de Mt, de Mc et de Lc.

Le troisième chapitre, « Le passage dans le contexte large » situe les passages et les sous-séquences auxquels ils appartiennent dans le contexte de la « séquence ». Celles de Mt 19–20 et de Mc 10 sont tout à fait parallèles, mais Matthieu « ajoute » en plein cœur de sa séquence la parabole des ouvriers de la dernière heure qui développe le simple proverbe de Mc 10,31 : « Beaucoup de premiers seront derniers et les derniers premiers ». En revanche, Luc intègre le matériel des séquences de Mt et de Mc dans deux séquences fort différentes.

Enfin, dans le dernier chapitre, la séquence de Mt 10 et les deux séquences de Lc 17,11–18,30 et 18,31–19,46 sont situées dans l’ensemble du second et du troisième évangile.

Un excursus sur les deux décalogues et un autre sur les deux versions du Notre Père complètent l’ouvrage.

 

Roland Meynet, jésuite, est professeur émérite de théologie biblique à l’Université Grégorienne de Rome. Parmi ses nombreuses publications, on retiendra surtout son commentaire du troisième évangile, L’Évangile de Luc (Grand prix de philosophie de l’Académie française 2006), son Traité de rhétorique biblique (2007.2011) et son commentaire du second évangile, L’Évangile de Marc (2014). Il est Secrétaire de la Société internationale pour l’étude de la Rhétorique Biblique et Sémitique (RBS).

 

 

 

Les huit psaumes acrostiches alphabétiques

E-mail Stampa PDF

Roland Meynet

« Retorica Biblica e Semitica » 6

2015, pp. 320

978-88-7839-315-8

€30.00
Acquista


 

Les huit psaumes acrostiches alphabétiques (9–10, 25, 34, 37,111, 112, 119, 145) n’ont pas bonne réputation auprès d’un grand nombre d’exégètes depuis Gunkel. Le carcan de l’acrostiche alphabétique en effet aurait empêché les auteurs de ces jeux artificiels et purement « acrobatiques » de se mouvoir librement pour réaliser de véritables poèmes, composés et cohérents. Or, analysés selon les lois de la rhétorique biblique et sémitique, ces psaumes se révèlent de véritables chefs d’œuvres. La découverte de leur architecture, savamment articulée, permet d’entrer dans leur logique et de mieux comprendre leur message.

Décrivant en termes semblables Dieu et l’homme juste, les psaumes jumeaux 111 et 112, sont les plus courts, leur vingt-deux « membres » commençant par les vingt-deux lettres de l’alphabet. Les Ps 9–10, 25, 34 et 145 sont deux fois plus longs, car l’alphabétisme marque chacun de leurs vingt-deux « segments » (« bimembres » ou « trimembres »). Le Ps 37 est encore deux fois plus long, l’alphabétisme marquant chaque groupe de deux segments. Enfin, atteignant à la virtuosité, le fameux Ps 119 comprend vingt-deux « strophes » de huit segments, dont chacun commence par la même lettre de l’alphabet. L’analyse de sa composition extrêmement élaborée, permet de comprendre qu’il ne s’agit pas seulement d’une méditation sur la Loi du Seigneur, mais avant tout de la supplication de celui qui se rend compte qu’il est incapable de comprendre la Loi, encore moins de la mettre en pratique, qui est en butte aux ennemis de Dieu qui le persécutent, et qui appelle à l’aide son Seigneur pour qu’il le sauve de la mort et le fasse vivre.

 

Roland Meynet, jésuite, est professeur émérite de théologie biblique à l’Université Grégorienne de Rome. Parmi ses nombreuses publications, on retiendra surtout son commentaire du troisième évangile, L’Évangile de Luc (Grand prix de philosophie de l’Académie française 2006), son Traité de rhétorique biblique (2007.2011) et son commentaire du second évangile, L’Évangile de Marc (2014).

 

 

Studi del quarto convegno RBS

E-mail Stampa PDF

Meynet R. – Oniszczuk J.

“Retorica Biblica e Semitica” 5

2015, pp. 368

978-88-7839-307-3  

€33.00
Acquista


 

Ogni due anni la «Società internazionale per lo studio della Retorica Biblica e Semitica» tiene un suo convegno. Il quarto convegno si è tenuto dal 25 al 27 settembre 2014. Le sei conferenze plenarie e le dodici comunicazioni hanno coperto i diversi campi della ricerca: quattro interventi sui testi del Primo Testamento (dai libri della Genesi, dei Numeri, di Isaia, del Qoèlet), cinque sul Nuovo Testamento (due sezioni di Matteo, tre testi del corpo giovanneo). Oltre i confini della Bibbia, sono stati presentati quattro studi su testi del Corano e uno sul Prologo della Regola di s. Benedetto. Due conferenze sono state consacrate a questioni metodologiche, la prima sul confronto tra analisi del discorso e analisi retorica biblica, la seconda sul perché degli Esercizi di analisi retorica biblica. I nostri convegni non sono riservati a ricercatori e studiosi affermati. Sono invece aaperti agli studenti, non solo di dottorato ma anche di licenza e perfino di primo ciclo. E, cosa ancor più notevole, alcuni di questi studenti partecipano come autori di comunicazioni. E’ così infatti che si incoraggiano giovani allo studio e alla ricerca. Oltre agli attuali studenti, alcuni degli oratori sonon ex alunni di Teologia biblica, titolari del Dottorato o della Licenza. E questo è un segno inequivoco della fecondità non solo della RBS ma anche della nostra Università.

 

I curatori: tutti e due gesuiti, sono professori di teologia biblica della Facoltà di Teologia dell’Università Gregoriana di Roma. R. Meynet è Segretario della RBS, J. Oniszczuk Tesoriere. Dirigono la collana «Retorica biblica e Semitica» (che prende il seguito della collana «Retorica biblica» presso le edizioni Dehoniane di Bologna), così come la collana «Rhétorique Sémiotique» presso l’editrice francese Gabalda e «Rhetorica Semitica» presso la Convivium Press di Miami.

 

Luke

E-mail Stampa PDF

Meynet Roland

The Gospel of the Children of Israel

“Retorica Biblica e Semitica” 4

2015,  pp. 912

978-88-7839-306-6  

€60.00
Acquista

 

Esercizi di analisi retorica biblica

E-mail Stampa PDF

Meynet R. - Oniszczuk J.

“Retorica Biblica e Semitica” 3

2013, pp. 352

978-88-7839-250-2  

€32.00
Acquista
 

 

Studi del terzo convegno RBS

E-mail Stampa PDF

Meynet R. - Oniszczuk J.

“Retorica Biblica e Semitica” 2

2013, pp. 418

978-88-7839-249-6 

€35.00
Acquista
 

 
  • «
  •  Inizio 
  •  Prec. 
  •  1 
  •  2 
  •  Succ. 
  •  Fine 
  • »
Pagina 1 di 2


Network



Centro Assistenza

DOVE SIAMO
Piazza della Pillotta 35
Visualizzazione ingrandita della mappa
Visualizzazione ingrandita Street View

Non esitare a contattarci per ogni informazione o dubbio